Des études en traduction pour la passion des langues

Tu es passionné par les langues ? Tu es curieux.se d’en apprendre plus sur le français et sur ta langue maternelle ? Le monde et la culture étrangère te passionnent et tu es avide de connaissances ? Des études en traduction pourraient donc bien te convenir !

Études en traduction
Le dictionnaire, l’outils indispensable du traducteur
Source : pexels.com

Études en traduction : quel cursus scolaire choisir ?

Premièrement, parlons des études de traduction. Les études de traduction proposent d’étudier plusieurs combinaisons de langues d’apprentissage. Il y a notamment :

  • Anglais-Néerlandais 
  • Anglais-Espagnol 
  • Anglais-Italien 
  • Anglais-Allemand 
  • Anglais-Russe 
  • Anglais-Chinois 
  • Anglais-Arabe 
  • Anglais-Langue des Signes

Toutefois, il est aussi possible de prendre l’allemand comme première langue et de la combiner avec une deuxième langue. Selon les écoles, il y aura soit plus de possibilités de combinaisons de langues, soit moins. Cette combinaison de langues sera accompagnée d’un apprentissage approfondi du français.

En plus des cours de langues et de français, les études de traduction offrent des cours dans une multitude de cours dits « généraux » tels que : des cours d’économie, de droit, de philosophie, d’informatique, d’histoire et de relations internationales, de sociologie, … De quoi te constituer un bagage solide dans une multitude de matières afin d’acquérir des bonnes connaissances théoriques sur ce qui pourrait, une fois traducteur, être l’objet de traductions.

Où faire tes études de traduction ?

Tout d’abord, sache que les études de traduction peuvent s’entamer dès le bachelier. Il s’agit d’un cursus universitaire (5 ans). Plusieurs écoles offrent le programme du bachelier en traduction et interprétation, notamment l’Université Saint-Louis de Bruxelles où le programme de bachelier s’organise au sein de la Faculté de traduction et interprétation Marie Haps. Tu peux également étudier à l’Université Libre de Bruxelles où les cours sont dispensés à l’Institut Supérieur des Traducteurs et Interprètes (ISTI), à l’Université de Mons ou à l’Université de Liège qui propose également ce bachelier.

Grâce à ce bachelier, tu découvriras un premier aspect du monde de la traduction et de l’interprétation. Une fois le bachelier en poche, pour obtenir le titre de traducteur, il faudra poursuivre avec un master en traduction. Si tu souhaites plutôt t’orienter vers l’interprétation, il faudra alors t’inscrire au programme du master en interprétation. Sache néanmoins que, si à l’issue de ton bachelier, tu ne souhaites pas te spécialiser dans la traduction ou l’interprétation, il existe une multitude de réorientations possibles en master. Tu l’auras compris, le master te permettra de te spécialiser dans le domaine qui te conviendra le mieux.

Qu’est-ce que le métier de traducteur ?

Comme l’explique le site internet des métiers du SIEP (Service d’Information sur les Études et les Professions), le traducteur cherche à transposer un texte écrit d’une langue dans une autre, le plus souvent de la langue étrangère vers la langue maternelle.

Il existe trois types de traducteurs : le traducteur littéraire, le traducteur technique et le traducteur juré.

  • Premièrement, celui qui traduit des livres est le traducteur littéraire. Il doit s’adapter à la pensée et au style de l’auteur, restituer toutes les connotations sociales, psychologiques, esthétiques de l’œuvre. Le plus souvent, le traducteur littéraire travaille dans l’édition.
  • Ensuite, le traducteur technique est quand à lui spécialisé dans un domaine en particulier, ce qui implique qu’il doit bien connaître les domaines (scientifiques et techniques) qu’il traite et être attentif aux évolutions techniques. On le retrouve dans divers secteurs : médical, électronique, multimédia, télécommunications, informatique, etc.
  • Enfin, le traducteur juré travaille pour les tribunaux et traduit tout document à caractère officiel. A la demande du parquet, le candidat sera convoqué par la police pour une enquête administrative. Une fois sa candidature acceptée et sa prestation de serment effectuée, le traducteur-juré pourra effectuer des traductions dans les langues pour lesquelles il a été nommé.

Plus d’infos

Études en traduction
Le traducteur littéraire, technique ou juré doit faire preuve d’une maîtrise parfaite de la langue française
Source : pexels.com

La traduction, est-ce vraiment un métier de communication ?

Pour conclure, il est important de rappeler que traduire, c’est avant tout communiquer ! Ce métier te permettra d’être le relais entre un texte d’une langue source et un texte d’une langue cible, soit, l’intermédiaire entre deux publics. D’ailleurs, en tant que traducteur, tu ne cesseras jamais d’apprendre et de compléter ton bagage de connaissances. Il s’agit d’un métier enrichissant ! En effet, en plus de l’évolution des langues, des cultures et des techniques, tu devras compléter tes connaissances avec les réalités qui t’entourent comme par exemple les évolutions technologiques.


Alors, intéréssé.e ? N’hésite pas à te rendre sur les sites internet des différentes universités mentionnées ci-dessous pour en savoir plus !

Pas convaincu.e ? Alors, surfe sur notre blog et parcours les autres articles que nous avons écrits spécialement pour toi et pour t’aider à trouver ta destinée ! Tu trouveras tous nos articles en cliquant ici. Tu as une question particulière et tu n’es pas certain.e de pouvoir trouver ta réponse sur le blog ? Alors pose-nous ta question dans l’espace commentaires ! Nous y répondrons avec plaisir.

Bonne continuation !

Mathilde Poncelet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *