Illustrateur: le maître du trait de crayon

Qu'est-ce que le métier d'illustrateur?

As-tu déjà entendu parler de Claude Renard, Maurice Rosy, Hergé, André Franquin et Marcel Marier ? Si ces noms ne te sont pas familiers, sache que toutes ces personnes d’origine belge ont toutes un jour exercé dans leur vie le métier d’illustrateur. Marcel Marier est connu pour avoir dessiné et mis en scène le personnage de Martine dans la célèbre série de livres pour enfants. André Franquin a donné vie aux personnages de l’univers de Spirou et Fantasio ainsi que de Gaston Lagaffe. Hergé est le pseudonyme qui se cache sous l’auteur et l’illustrateur de la fameuse bande dessinée belge, Les Aventures de Tintin.Claude Renard et Maurice Rosy ont tous deux également travaillé dans le milieu de la bande dessinée qui est considéré aujourd’hui comme un excellent moyen de communication. En effet, la bande dessinée est toujours très populaire car elle se lit rapidement et transmet un message à travers des images hautes en couleur ou des caricatures amusantes. 

Tous ces grands noms d’illustrateurs belges avaient donc une prédisposition pour l’art du dessin. Si toi aussi tu possèdes du talent dans ce domaine, alors le métier d’illustrateur est fait pour toi !

Qu’est-ce que le métier d’illustrateur ?

Le travail d’un illustrateur consiste à exécuter essentiellement à la main des illustrations qui se retrouvent par la suite sur la couverture d’un livre ou sur le devant d’une affiche publicitaire. Ces dessins peuvent également servir comme accompagnement d’un texte dans un roman ou dans un article de journal. Cependant, il va de soi que le rêve de tout illustrateur est de devenir le prochain Hergé et que ses illustrations jouent par la même occasion un rôle central dans la composition d’une bande dessinée. Chaque illustrateur est donc à la recherche de son propre style car, sans originalité, l’illustrateur n’obtiendra jamais une certaine reconnaissance dans son métier. 

Chaque illustrateur est à la recherche de son propre style.

Quelles compétences doit avoir un illustrateur ?

L’illustrateur doit évidemment avoir une très grande affinité pour le dessin. En effet, il se doit d’être à la fois talentueux et créatif. L’imagination est donc une qualité essentielle chez l’illustrateur car elle l’aide à innover et à se démarquer de ses concurrents. Par ailleurs, l’illustrateur doit impérativement avoir le sens du détail et de l’observation. Il doit se montrer curieux et ouvert au monde qui l’entoure. Ainsi, il pourra traduire ce qu’il voit et ressent sur papier. La persévérance et la patience seront alors ses deux meilleures alliées qui lui permettront, d’ailleurs, de comprendre le sens de ce qu’il fait et d’avancer dans son travail.

Un travail individuel ou collectif ?

Originairement, du temps de Marcel Marier et d’André Franquin, l’illustrateur travaillait principalement en solitaire. Aujourd’hui encore, il œuvre souvent à son propre compte et se considère donc comme son propre patron. En conséquence, il se doit de trouver par lui-même des clients qui auront besoin de ses services. Le seul et unique danger pour l’illustrateur indépendant est le revenu qu’il perçoit car son salaire dépend seulement des commandes qu’il reçoit. De plus, la demande ne surpasse pas le nombre d’illustrateurs freelances. Ce qui signifie que la concurrence est de taille dans ce secteur. C’est, d’ailleurs, pour cette raison que de plus en plus d’illustrateurs préfèrent se mettre à travailler pour un employeur fixe. En effet, ils ont, dans ce cas, la sécurité salariale même s’ils doivent alors rendre des comptes à des supérieurs hiérarchiques tels que des éditeurs ou des auteurs ou encore des rédacteurs en chef de magazines. 

De la technologie dans le milieu du dessin ?

L’évolution de la technologie a aussi ébranlé le domaine de l’illustration. En effet, les illustrateurs ont maintenant accès à de nombreux programmes informatiques qui leur permettent de réaliser des dessins sans même besoin d’utiliser un simple crayon. Cela va sans dire que, dorénavant, l’illustrateur doit posséder des connaissances en informatique étant donné que les logiciels de dessin deviennent de plus en plus populaires. L’illustration manuelle est en train de perdre de sa superbe même si beaucoup d’illustrateurs continuent à privilégier le coup de crayon au clic de l’ordinateur. 

Quelles formations en Belgique ?

A moins d’être un virtuose de l’illustration ou l’équivalent de Mozart à la musique classique, il est hautement recommandé de suivre un apprentissage pour devenir un illustrateur. En Fédération Wallonie-Bruxelles, il existe au total seize écoles supérieures des Arts. Cependant, si tu veux te spécialiser dans l’illustration, seulement quatre écoles supérieures artistiques offrent une formation de type longue dans ce domaine : 

  • L’Académie des Beaux-Arts de la ville de Bruxelles 

(https://www.arba-esa.be/fr/home.php)

  • L’Académie des Beaux-Arts de la ville de Tournai 

(http://www.actournai.be)

Toutes ces écoles supérieures proposent donc aux étudiants un cursus long qui comprend un bachelier de transition en trois ans suivi d’un master en un ou deux ans. Toutefois, il est important de garder à l’esprit que pour être admis dans une de ces écoles, il faut passer un examen d’entrée. L’épreuve d’admission consiste en général à réaliser une œuvre artistique afin de tester les habilités et les affinités de chaque candidat qui se présente à l’examen. 


Alors, convaincu ?

Si tu hésites encore à suivre une formation dans le domaine de l’illustration, n’oublie pas que, à l’exception d’Hergé qui a été un autodidacte durant toute sa carrière, même les plus grands illustrateurs belges ont fait des études dans le milieu des arts. 

Maitena Vannetelbosch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *