Le confinement du Covid-19 a-t-il été générateur d’addictions aux réseaux sociaux ?

Image : Lycée Bel Air, « Addiction »
Confinement et addiction, corrélation risquée ?

En plus d’être une pandémie mondiale, la Covid-19 a bouleversé la vie des citoyens en appliquant des mesures strictes, le confinement. La première chose était d’assurer une sécurité pour les citoyens, et quoi de mieux pour se protéger que de rester chez soi, à l’abris. Et c’est ce qui a été décidé le 17 mars 2020 par le Conseil de Sécurité.

Image : Maria Voronovich via Getty images

Compte tenu du stress, du chagrin et de la solitude, les citoyens ont dû apprendre à vivre selon des circonstances inhabituelles. Malgré de cette situation, ils ont inconsciemment pu développer certaines dépendances, comme celle des réseaux sociaux. L’addiction est l’une des fâcheuses conséquences d’un isolement social pur et dur, et c’est malheureusement ce qui a touché nos citoyens. Par conséquence, vivre dans des conditions pénibles, et plus particulièrement chez les citoyens vivant seuls, a pu favoriser une dépendance (réseau social, alcool, jeux,…)

Outre son but principal de protéger la santé des citoyens, l’isolement a malencontreusement contribué à une utilisation abusive du numérique. Il est clair que durant celui-ci, l’utilisation des réseaux sociaux s’est fortement accrue et les causes sont diverses. Sa facilité d’accès a permis aux citoyens de pouvoir s’informer au sujet de l’actualité nationale et internationale, mais a également permis aux séniors d’être en contact avec leurs enfants et petits-enfants, en utilisant par exemple Facetime ou WhatsApp. Enfin, elle a donné l’occasion aux citoyens de s’échapper de la triste réalité du monde qui les entoure. Les plus jeunes se sont construits un monde fictif et se sont fiés à celui-ci, en oubliant parfois, le monde réel.

G.A.E Conseil – Odaxa une enquête révélatrice ?

Une étude entre G.A.E conseil et Odaxa montre qu’en période de confinement, différents facteurs peuvent modifier le comportement d’un individu en le rendant addict. Les différents facteurs de ce changement sont l’ennui à 60%, la perte de repères et de mœurs à 55% de même que l’inquiétude et le stress lié à l’épidémie à 50%. Selon l’addictologue Alexis Peschard, l’ennui est généralement considéré comme l’une des principales raisons de surconsommation car les citoyens ont tendances à s’ennuyer lorsqu’ils restent inactifs chez eux. Dès lors, celui-ci a tendance à s’accroitre en période de confinement, car les habitudes et les modes de vie sont chamboulés.

Image : Rude Baguette

Le comportement addictif aux réseaux sociaux est aussi lié à celui des écrans. Selon la même étude, 38% des citoyens affirment avoir passé plus de temps sur les réseaux sociaux et 50% des citoyens ont vu leur utilisation d’écran augmenter, mais cela est également lié à l’utilisation non addictive du PC lors du télétravail. G.A.E affirme qu’après avoir interrogés 1003 personnes, près d’un citoyen sur deux affirment que le gouvernement, les assurances et les mutuelles n’ont pas agi dans l’intérêt de la population.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter l’étude d’Odoxa pour G.A.E Conseil, 2020.

« La cyberdépendance est comparable à d’autres addictions. Elle devient problématique dès que la consommation d’Internet prend une telle ampleur qu’elle empiète sur d’autres domaines de la vie ».

Rahel Gall, Directrice de CONTACT Fondation Aide Addiction

L’addiction des réseaux sociaux procurent des effets néfastes sur les individus, notamment chez les plus jeunes qui n’ont connaissance d’aucune limite. Le citoyen perd contact avec le monde qui l’entoure et reste figé dans une réalité fictive.

Effets néfastes liés à l’addiction des réseaux sociaux

  • Relations humaines et interactions physiques faibles
  • Modification du comportements (agressif ou violent)
  • Faible durée de sommeil
  • Atteinte mentale et diminution de confiance (stéréotypes de la société)
  • Isolement

Recommandations à prendre en compte 

  • Favoriser le sport, la bonne nutrition et un sommeil de qualité
  • Limiter le temps d’écran (basé sur une démarche positive et non pas punitive)
  • Trouver des activités (individuelles ou collectives) afin de passer le temps.
Image : Futura santé

Outre l’influence des réseaux sociaux, nous sommes confrontés à d’innombrables types d’addictions, comme celle de la consommation d’alcool, des écrans, des jeux, de la nourriture et de plus en plus à celle du télétravail. C’est pourquoi il est important de mettre en place des mesures qui puissent être bénéfiques à chacun.

Vous êtes également invité à lire l’article sur la publicité du gouvernement liée à la vaccination, https://decodagecom.be/wp-admin/post.php?post=3709&action=edit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *