‘’La mer commence chez vous ’’ : la nouvelle campagne du SPF Santé publique pour la protection du milieu marin

Source: health.belgium.be

‘’La mer commence chez vous !’’. Voici la nouvelle campagne lancée par le Service Milieu Marin du SPF Santé publique. Son objectif, encourager la population à ne pas jeter son masque n’importe où et sensibiliser les gens à l’impact qu’ont les déchets jetés dans la nature sur l’environnement.

La crise sanitaire a donné naissance à un nouvel ennemi redoutable pour l’environnement, le masque buccal. Aujourd’hui, celui-ci envahit les rues mais aussi la mer en étant emporté par le vent ou en étant rejeté par les canalisations et cours d’eau. Les organisations, les citoyens mais aussi les scientifiques en trouvent de plus en plus sur les plages, ainsi que des bouteilles de gel hydroalcoolique et des gants jetables. ‘’Les masques buccaux s’ajoutent à la moyenne de 8 millions de tonnes de déchets plastiques qui polluent notre océan chaque année’’, évoque le SPF Santé publique.

Quels sont les conséquences pour l’environnement ?

’Les masques buccaux flottent sous l’eau et trompent les animaux marins qui peuvent les confondre avec des méduses. En les avalant, leur estomac est immédiatement rempli mais sans aucun apport nutritif ; ce qui, à la longue, les affaiblit. Les animaux peuvent également s’empêtrer dans les masques. Et en fin de compte, les microparticules qui les constituent peuvent aussi se retrouver dans nos assiettes.’’

Source : Nord Eclair – Sudinfo

450 ans. Il s’agit de la durée nécessaire à un masque pour se décomposer naturellement. Et encore, même après toutes ces années, tous les fragments de plastique ne sont pas encore totalement éliminés.

Alors que les masques buccaux sauvent des vies à l’heure actuelle dans notre société, ils nuisent néanmoins à la faune des fonds marins, rapporte le Ministre de la mer du Nord, Vincent Van Quickenborne.

Pour sa campagne de sensibilisation, le SPF Santé publique a distribué à la côte une série d’affiches, montrant l’impact des masques buccaux sur la vie marine. Ces affiches peuvent également être retrouvées en ligne sous forme de mini-capsule vidéo.

Source : health.belgium.be

Les deux autres mini-capsules vidéos sont disponibles juste ici : « Vous aimez les moules » et  »Laissez-moi danser en liberté!« 

Des chiffres effrayants

Depuis la mise en place du port du masque obligatoire en Europe, les commandes de protection buccale ont explosé. Cependant, personne n’a prévu de solution pour gérer tous ces masques usagés.

Près de 75 milliards de gants sont utilisés chaque mois dans le monde. Pour les masques, on approche des 129 milliards par mois. Chaque minute, ce sont donc près de 3 millions de masques qui sont utilisés.

Selon une étude indépendante, près de 3,5 milliards de masques sont jetés chaque jour dans le monde. L’Asie, à elle seule, rejette près de 2 milliards de protections buccales quotidiennement.

Une fois dans l’eau, la décomposition d’un seul masque peut relâcher plus de 173 000 microparticules par jour. « Ils ne disparaissent pas », déclare Nicholas Mallos, responsable du programme sur les débris marins de l’ONG Ocean Conservancy.

Qui pour nous sauver ? Toi !

N’abandonne pas tes déchets ! Si ton masque est sale et que tu ne vois pas de poubelles, garde-le pour le jeter une fois chez toi. Encore mieux, procure-toi un masque réutilisable. Cela t’évitera de faire beaucoup de dépenses et aidera aussi les océans à rester plus propres.

Toi aussi, tu souhaites contribuer à la protection de l’environnement ? Alors clique juste ici pour obtenir plein de conseils faciles à mettre en application pour éviter que tous ces déchets ne se retrouvent en mer.

A lire aussi :

Source : SPF Santé publique, la mer commence chez vous!

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *