La communication sur les réseaux sociaux se perd-elle chez les jeunes de 13 à 17 ans ?

©Pexels

Les jeunes de 13 à 17 ans ont de nos jours un accès direct, facile, et parfois quasi-libre aux réseaux et à la communication instantanée. Mais comment se servent-ils de ces réseaux pour interagir, et que deviendra cette communication dans le futur ? Voyons ça ensemble dans cet article !

Depuis toujours, la façon de communiquer et d’interagir avec les autres évolue avec le temps. On ne s’exprime plus de la même manière qu’il y a 10 ans, et si c’est vrai pour nos interactions en face-à-face, ça l’est aussi pour nos interactions digitales. C’est un fait : la communication chez ces jeunes a très vite évolué, et ce, vers un schéma très différent de celui qu’on a connu auparavant.

Les jeunes de 13 à 17 ans sont concernés : deux âges clé puisqu’un se réfère à la limite d’âge légal pour avoir accès aux réseaux sociaux tels que Facebook, Instagram, Snapchat, Twitter, ou même TikTok, et que l’autre établit l’âge limite avant la majorité.

12,5 ans était l’âge moyen auquel le premier enfant de la famille obtenait un GSM en 2021, en Belgique. ©Pexels 

Quelles différences entre la communication des jeunes d’aujourd’hui et des jeunes d’il y a 10 ans ?

Tout d’abord, les réseaux sociaux ne sont plus utilisés de la même façon. On remarque certaines tendances qui n’existaient pas à l’époque, telles qu’Instagram ou TikTok, et des tendances de l’époque qui n’existent presque plus aujourd’hui, comme Facebook ou Messenger, réseaux sociaux très peu utilisés chez les jeunes désormais.

En effet, si les adolescents se trouvent être des proactifs de certains sites web, d’autres réseaux ont fait leur temps et se retrouvent délaissés par nos jeunes. Bien que Facebook reste numéro 1 mondial, avec près de 3 milliards d’utilisateurs, rien ne certifie qu’il restera au pouvoir pendant des décennies encore. Les générations à venir ne sont plus adeptes de ce réseau, qu’ils ont vite remplacé pour laisser place à son petit frère… Instagram !

On constate donc que le moyen de communiquer se fait à travers d’autres canaux, comparés à quelques années auparavant. Cela implique donc aussi un changement quant à la manière de s’exprimer. Un jeune baignant dans l’univers d’Instagram utilisera d’autres techniques de communication qu’un jeune ayant l’habitude de surfer sur Facebook.

Ce phénomène est typique de la nouvelle génération et engendre donc une approche totalement différente d’un réseau social à un autre. Facebook est beaucoup plus utilisé à des fins privées ; ses utilisateurs partageront des photos ou posts avec leurs amis. Instagram, lui, est considéré comme un réseau social public, car bien qu’un compte puisse être répertorié en privé, le site donne un accès plus direct et libre aux profils de célébrités, influenceurs et créateurs de contenu en tout genre.

Il est donc plus facile pour les jeunes de s’identifier à leurs idoles et de suivre leurs quotidiens via Instagram. En suivant ces comptes publics, les adolescents seront naturellement influencés par leur discours. Il y a 10 ans, les jeunes étaient, à l’inverse, plus facilement inspirés par leur entourage en communiquant via Facebook, Messenger, ou même MSN. Désormais, ils interagissent avec le monde, un nombre illimité de profils qui postent du contenu depuis n’importe où, à n’importe quel moment, et ce, en n’importe quelle langue.

« L’addiction » des ados envers les médias sociaux est la nouvelle manière de vivre une relation spécifiquement humaine. (Boyd, 2016) [106] ©Pexels 

Comment se traduit cette communication moderne ?

De par Instagram ou TikTok, les jeunes seront donc poussés à communiquer sous format vidéo. Beaucoup de jeunes ados se révèlent à travers des danses, sketchs, discours, etc. Que l’on retrouve sur de nombreuses plateformes et qui cartonnent ! Ces vidéos invitent donc les utilisateurs à réagir via les commentaires, qui se retrouvent alors en public, à vue de tous.

La communication moderne va également se traduire par un phénomène éphémère. Que cela soit sur Snapchat ou Instagram, les stories et messages ne seront visibles qu’un temps, puis s’effaceront de la plateforme, à l’inverse d’un statut Facebook ou Twitter qui restera visible tant que tu ne l’enlèveras pas. Tes amis ne garderont donc aucune trace des stories, et c’est justement un point fort de cette communication : la nouvelle génération veut du contenu accessible, rapide et facilement interchangeable. En créant ce modèle de story, les réseaux sociaux attirent les plus jeunes et les rendent experts en la matière.

La communication devient alors très courte : les stories et vidéos TikTok permettent de s’exprimer en quelques secondes seulement ! Puisque les photos et posts ne durent plus sur les réseaux, les jeunes ne communiqueront plus à travers de longs textes, mais bien via plusieurs petits messages courts et concis.

Les applications les plus utilisées en 2022 et à travers quelles plateformes passe la communication.

Mais alors… Du positif ou du négatif ?

Un peu des deux ! L’évolution est inévitable, et on en tire toujours du bon, comme du mauvais. Et comme dans tout, il faut faire attention à garder le contrôle et à ne pas en abuser.

Les jeunes de 13 à 17 ans se trouvent dans une période importante quant à leur développement personnel et se retrouvent très fréquemment influençables. De plus, dans notre monde actuel, l’information circule vite et chaque élément posté sur les réseaux sociaux est potentiellement risqué, raison pour laquelle il faut redoubler de vigilance.

Le point négatif de cette communication moderne est l’influence que certains comptes peuvent avoir sur les jeunes. À cause de l’accès illimité aux réseaux, ils ne sont plus préservés de rien et sont alors (parfois trop) vite projetés dans un monde d’adulte. À l’inverse, les réseaux sociaux sont également parfois très bien construits pour dissimuler la vérité aux utilisateurs et les jeunes disposent alors de fausses informations.

Heureusement, cette évolution n’est pas exclusivement nuisible pour le futur. Bien qu’il y ait des points sombres, la communication moderne implique aussi que de nouveaux utilisateurs appliquent leurs savoirs et fassent progresser notre façon de communiquer. Le libre accès à l’information les rend plus responsables et conscients du monde qui nous entoure. De plus, les jeunes sont habitués à vivre plongés dans un univers connecté avec le monde entier, ce qui facilite notamment les rencontres, les opportunités d’emploi, la recherche, etc.

Alors, la communication chez les jeunes se perd-elle réellement ? Pas vraiment. Elle évolue, prend d’autres chemins, comme elle a pris d’autres chemins il y a 10 ans. Des récents réseaux sociaux ont fait surface et des nouveaux seront créés dans le futur encore. La communication se fait moderne, elle passe par diverses étapes, formats, contenus, mais elle rassemblera toujours les utilisateurs des réseaux plus ou moins de la même manière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *